Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 8; dans Pline, livre XVII, chapitre xLv1i. .I’en suis bien fâché pour votre plaisanterie sur «l'eIlélJore ( que I'on devrait cultiver à Charenton »; mais, comme vous le dites vous-meme, « l’esprit le plus '· pénétrant ne saurait suppléer au défaut de connais- sances ac u1ses». Vous éln avez manqué completement en afhr- mant que « parmi les pierres précieuses du trésor d’l·Iamilcar, plus d’une appartient aux légendes et aux superstitions chrétiennes ». Non, Monsieur, elles sont toutes dans Pline et dans Théophraste. Les steles d’émeraude, sa l'entrée du temple, qui vous font rire, car vous étes gai, sont men- tionnées par Philostrate (Vie d’Apollonius) et par Théophraste ( Traité des pierreries). Heeren (tome II) cite sa phrase : « La plus grosse émeraude bac- trienne se trouve a Tyr, dans le Temple d’l·Ie1'- cule. Cest une colonne d’assez forte dimension ». Autre passage de Théophraste (traduction de Hill) : « II y avait dans leur temple de Jupiter un obélisque composé de quatre émeraudes. » Malgré « vos connaissances acquises », vous confondez le jade, qui est une néphrite d’un vert brun et qui vient de Chine, avec le jaspe, variété de quartz que l'on trouve en Europe et en Sicile. Si vous aviez ouvert, par hasard, le Dictionnaire de l’Académie fançaise, au mot jas e, vous eussiez appris, sans aller plus loin, quil y en avait de noir, de rouge et de blanc. II Fallait donc, Mon- sieur, modérer les transports de votre indomptable verve et ne pas reprocher lolâtrement à mon maître et ami Théophile Gautier d’avoir prêté ai une femme (dans son Roman de la Momie) des pieds verts quand il lui a donné des pieds blancs.