Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


8 6 CORRESPONDANCE Àinsi, ce n'est point lui, mais vous, qui avez fait une erreur ridicule. Si vous dédaigniez un peu moins les voyages, vous auriez pu voir au musée de Turin le propre bras de sa momie, rapportée par M. Passalacqua, d’Egypte, et dans la pose que décrit Th. Gautier, cette pose qui, cfaprès vous, n"est certainement pas égyptienne. Sans être ingénieur non plus, vous _ auriez appris ce que font les Sakiehs pour amener l’eau dans les maisons, et vous seriez convaincu que je n'ai point abusé des vêtements noirs en les mettant dans les pays ou ils foisonnent et où les femmes de la haute classe ne sortent que vêtues de manteaux noirs. Mais comme vous préférez les témoignages écrits, je vous recommanderai, pour tout ce qui concerne la toilette des femmes, Isaïe, m, 3, la Misclzna, tit. de Sabbatlzo, Samuel, xm, 18, saint Clément d’Alexandrie, Pœd. , ll, I3 , et les dis- sertations de l’abbé Mignot, dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. XLll. Et quant àcette abondance cfornementation qui vous ébahit si fort, i’étais bien en droit d'en prodiguer ai des peuples qui incrustaient dans le sol de leurs appar- tements des pierreries. (Voy. Cahen, Ezéchiel, xxvnt, 14.). Mais vous n’êtes pas heureux, en fait de pierreries. Je termine, Monsieur, en vous remerciant des formes amênes que vous avez employées, chose rare maintenant. Je n’ai relevé parmi vos inexac- titudes que les plus grossiêres, qui touchaient a des points spéciaux. Quant aux critiques vagues, aux appréciations personnelles et a l’examen litté- raire e mon livre, je n'y ai pas même fait allusion. .l e me suis tenu tout le temps sur votre terrain,