Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 6.djvu/453

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


' DE GUSTAVE FLAUBEERT. 4.4.7 ' Je ne comprends pas le sans d’une pareille me- sure_envers le Prince. Elle est odieuse de bêtise I · 4 Quant a sa protestation, qui est fort juste au fond, j’en blâme le dernier paragraphe et ce salut . qu'il adresse au suffrage universel. Tel est mon _ humble sentiment là.-dessus. « Si vous restez uà Saint-Gratien quelque temps encore, j’irai peut-être vous y faire une visite. Car j’ai rendez-vous avec la Direction de la Cvaîté, au commencement du mois prochain, pour lui lire l’éternelle Féerie (ll, dont je me moque, étant pour le quart d’heure dans un tout autre courant d’idées. Comme je comprends bien tout ce que vous dites sur la rue de Courcelles l J e ne passe jamais par là sans que mon cœur ne soit remué, et vous avez raison. ll ne faut rien oublier, ni bienfait ni offense. Cette égalité entre le bien et le mal, le beau et le laid, cette douceur niaise, ce bénissage universel est une des pestes de notre époque. La haine est une Vertu. · Tespere que nos blessés sont tout à fait réta- blis. A J e vous baise les deux mains, Princesse, et suis, vous le savez, votre vieux dévoué. (UI Le Château des cœurs; voir Gîuvres de Flaubert, Tlvëâtre, I VO . ' .