Page:Flaubert - Salammbô.djvu/427

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


par de douloureuses exactions, faisaient rendre le plus d’argent et savaient accroître les ressources de la République (*).

(*) Page 114, ligne 9. Carthage exténuait ces peuples ; elle en tirait des impôts exorbitants… Les gouverneurs étaient estimés comme des pressoirs, d’après la quantité qu’ils faisaient rendre…

Aussi, il ne fut pas besoin de longues exhortations pour faire prendre les armes à ces populations irritées : la seule nouvelle de la guerre suffit à les leur faire prendre (*) ; les femmes, qui

(*) Page 115, ligne 11. Les courriers n’étaient pas encore partis que, dans les provinces, une joie universelle éclata…
jadis avaient vu en silence leurs maris et leurs pères jetés en prison pour avoir résisté aux exacteurs, firent, dans toutes les villes, le serment de ne rien dissimuler de ce qu’elles possédaient de précieux : on les vit donner leurs bijoux, afin de subvenir à l’entretien des troupes (*). Grâce à cette générosité, Mathos et
(*) Page 115, ligne 18. Les femmes donnèrent leurs colliers, etc.
Spendius purent payer aux Mercenaires la solde qu’ils leur avaient promise pour les inciter à la résistance et firent face, en outre, à toutes les exigences de la guerre (*). Ainsi Carthage apprenait
(*) Page 115, ligne 24.. Mâtho paya vite aux Mercenaires l’arrérage de leur solde…
que le sage ne doit pas seulement songer au présent : c’est surtout à l’avenir qu’il doit penser.


LXXIII. Tant de calamités épuisaient la République. Cependant, elle investit du commandement de ses forces Hannon, le conquérant des campagnes d’Hécatompyle, en Libye (*) ; elle enrôla

(*) Page 119, § 2. On décida de s’en remettre à Hannon, le vainqueur d’Hécatompyle.
des Mercenaires, arma tous les citoyens valides (*), organisa et
(*) Page 120, ligne 3. Il décréta l’enrôlement de tous les citoyens valides…
instruisit des cavaliers. Enfin, elle arma ce qui lui restait de sa flotte, quelques galères, des navires à cinquante rames, ses plus gros vaisseaux (*).
(*) Page 120, ligne 5. Il ordonna même la construction de quatorze galères, etc.

Cependant l’armée de Mathos, grossie d’environ soixante-dix