Page:Flaubert - Salammbô.djvu/461

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Phazzana. En Cyrénaïque. Actuellement Fezzan.
Phénicoptères. P. 56, § 1 : Flamants roses. P. 130 : « Il mangeait des langues de phénicoptéres ». Source : Pline, X, 68.
Phiscus (Cap). Sur la côte de Cyrénaïque ; actuellement Ras-el-Razat.
Pilum. Lourd javelot.
Platéa. Île, sur la côte de Cyrénaïque ; actuellement Bomba.
Porcs enduits de bitume enflammé, p. 134. Cf. Polien, Stratagèmes, IV, 6 : « Antigone assiégeait Mégare, avec ses éléphants. Les Mégariens enduisirent de poix des porcs, y mirent le feu, et les lâchèrent. Sous l’action de la brûlure, les porcs se jetèrent en criant sur les éléphants, qui, affolés de terreur, s’enfuirent en désordre. Par a suite, Antigone recommanda aux Indiens d’élever des porcs auprès des éléphants, afin d’habituer les grosses bêtes à la vue et au cri des petites. »
Psylles. Peuplade africaine, au nord de la Cyrénaïque. — Salammbô, p. 75 : « les Psylles les effrayaient avec des vîpères ». — ; Cf. Strahon, III, XVII, 44 : « les habitants de Tentyra (Egypte) savent n’avoir rien à craindre des crocodiles ; ils bénéficient à l’égard de ce saurien de l’antipathie naturelle qui préserve les Psylles de la morsure des serpents… »
Ptah. Dieu égyptien, spécialement adoré à Memphis.
Rabbet. Rabbet Tanit, la Grande Déesse, femme du dieu Ammon.
Rusicada. Port de la Cyrénaïque.
Sacrifices d’enfants, p. 333, § 2. Sources : 1° Diodore, XX, ch. 14.: « les Carthaginois se reprochèrent de s’être aliéné Saturne (Moloch) parce qu’ils lui avaient autrefois offert en sacrifice les enfants des plus puissants citoyens, qu’ils avaient plus tard renoncé à cet usage, en achetant des enfants secrètement et en les élevant pour être immolés à ce dieu. En voyant les ennemis campés sous les murs de leur ville, ils furent saisis d’une crainte superstitieuse et ils se reprochèrent d’avoir négligé les coutumes de leurs pères à l’égard du culte des dieux. Ils décrétèrent donc une grande solennité dans laquelle devaient être sacrifiés deux cents enfants, choisis dans les familles les plus illustres. Quelques citoyens, en butte à des accusations, offrirent volontairement leurs propres enfants, qui n’étaient pas moins de trois cents » (Guerres de Carthage contre Agathocle) ; — 2" Strabon, l, 253, 328, 364. ; III, 290, 291, 244.