Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


202 LITTÉRATURE ORALE

par cette exécution sommaire, il parle Jatin et raconte ce qu'il vient de faire :

Princes et morma, teiirtihus et inevaîtngga, ^nes frères.

Comme il est à craindre que les latinistes ne comprennent rien à ce langage, nous le tradui- sons:

— Je l'ai prise pendant qu'elle me mordait, je l'ai tordue et rejetée au loin.

Et après avoir prononcé ces paroles, du ton le plus grave , il continue sa pathétique exhor- tation.

n

BUVEURS ET BUVEUSES

iL y avait à Gréville une femme qui aimait bien à boire un coup.

Un jour qu'elle était agenouillée devant l'autel de la Vierge, on lui entendit dire :

Mon bon Jésus, faites que j'aie toujours du pain et des pois, Et une goutte à boire parfois.