Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/385

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE NORMANDIE 36 1

Mais j'n'aN-ions pues qu'un' vueille mare Où qu'no met le lin à roui (bis). Men p'tit Jean m'a demandâe Le railleur' mechtchin (i) d'Paris . J'I' aimais tant, etc.

J'mis ma coueffe (2) et ma cape naire A Paris j'men fus le q'ri (3) JT aimais tant, etc.

J'm'en étai aUâee à Pâque Je revins à la Saint-D'nis. J'I' aimais tant, etc.

Quant je feus sus not' montagne, J'entendis sounâe pouer li... J'I'aimais tant, etc.

Quand j'arrivis dans la chambre. No m'dit qu'tout était fini. J'I'aimais tant, etc.

Dans treize aoun's d'ia pus bell' taile No l'avait enseuveli... JTaimais tant, etc.

(i) Médecin. — (2) Coiffe. — (3) Quérir, chercher.