Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


362 LITTÉRATURE ORALE

J'prins mes cisiaoux à point's feines, Poin à poin je l'découesis. J'I'aimais tant, etc.

Quand j'arrive à ses ollières (i) J'avais poues (2) qu'i n'm' entendît. JTaimais tant, etc.

Quand j'arrive à sa grand' goule. J'avais poues qui n'me mordit... J'I'aimais tant, etc.

Quand j'arrive à ses gross's pattes, J'avais poues qui n'me battît...

J'raimais tant, etc. . .

Je l'prins par les deux ollières. Par dessus l'mu je l'jetis... J'I'aimais tant, tant et tant J'I'aimais tant, chu pouer Jean !

O) Oreilles. — (2) Peur.

^