Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/397

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-NORMANDIE 373

II. — COMPARAISONS

Il faut que jeunesse se passe, comme disait cette bonne femme (vieille) qui se tissait dans une barrière.

J'avais pourtant bon dessein, disait le chasseur qui tirait à gauche et manquait son coup.

Il est comme celui qui marchait sur les dents d'un râteau et s'étonnait de recevoir un coup par la tête.

Il est fin comme Grigouille, qui se mettait dans l'eau de peur de la pluie.

Il est adroit de sa main comme un cochon de sa queue.

C'est comme le Confiteor de la bonne femme, ça va toujours en empirant.

Tout vient à point : la queue du chat est bien venue.

Comme celui qui crachait au derrière de sa vache malade : Si ça ne lui fait pas de bien, cela ne lui fera pas de mal.