Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


52 LITTÉRATURE ORALE

en lui l'idée d'avoir réussi là où tous les autres avaient échoué.

Mais le diable n'exprima pas toute sa pensée. Il jeta la possédée p^r terre et s'enfuit en s'appuyant d'une main au linteau supérieur de la porte. Le granit se fendilla et devint noirâtre à l'endroit que le^diable avait touché. J'ai vu encore cette pierre il y aune quarantaine d'années; elle a été rem- placée depuis.