Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE

Mais ce sont quand même de braves gens ?


ALBERT

Je vous en réponds, Mademoiselle Suzanne.


SUZANNE

Vous les aimez bien, hein ?


ALBERT

Je les adore.


SUZANNE

Moi aussi j’aime bien les miens. Ils sont très gentils. Père est quelquefois difficile pour la besogne.


ALBERT

J’en sais quelque chose…


SUZANNE

Oh ! il y a déjà longtemps qu’il ne vous a pas fait d’observations.


ALBERT

C’est que je n’en mérite plus.


SUZANNE

Ça, c’est à voir.