Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SÉRAPHIN

Mon père m’aurait envoyé en Allemagne chez un correspondant pour deux ou trois ans et j’aurais été séparé d’Anna et de mon moutard. Et puis je ne croyais pas qu’on aurait encore parlé de notre affaire.

(Voyant que Suzanne fléchit.)

Il est si gentil, le petit. Il s’appelle Séraphin. Il est blond et il a des crolles…


SUZANNE
(attendrie)

Est-ce que je pourrai une fois aller le voir ?…


SÉRAPHIN

Quand vous voudrez.


SUZANNE

Et si votre père vous laissait marier Anna, vous le feriez ?


SÉRAPHIN

Je vous crois, mais il ne voudra pas.


SUZANNE

Il voudra, je vais lui parler.


SÉRAPHIN

Mais, Suzanne…