Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 39 —

ne peut faire voir si on a affaire à une leucocythémie ou à une leucocytose. Ce n’est qu’en suivant la marche de l’affection attentivement, c’est-à-dire par l’étude clinique, que l’on peut être édifié à ce sujet.

À l’exception de la forme ganglionnaire, les autres formes de leucocythémie ne sont pas faciles à distinguer. L’affection peut être confondue avec plusieurs autres, surtout à son début. Elle à une grande ressemblance avec l’anémie essentielle, mais on l’en distingue par l’examen du sang et aussi par les symptômes fournis par l’hypertrophie des ganglions ou de la rate.

L’analyse de l’urine et l’examen du sang la séparent nettement de l’albuminurie et de la glycosurie qui présentent des caractères cliniques analogues aux siens.

En médecine humaine, la scrofulose, la syphilis peuvent être l’objet de confusions ; mais en médecine vétérinaire, il ne peut en être de même, puisque ces deux maladies n’ont pas encore été constatées chez les animaux. La tuberculose, fréquente chez les animaux de l’espèce bovine, entraîne souvent l’engorgement des ganglions, comme la leucocythémie ; mais les symptômes de la phthisie, dont plusieurs sont pathognomoniques empêchent toute erreur de diagnostic.


IX
PRONOSTIC

La leucocythémie progressive, une fois déclarée, quelle qu’en soit d’ailleurs la variété ou la forme, se termine invariablement par la mort, dans un délai plus