Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/972

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
972.

i Dâssin ? – ellîḳ ḳ ⁒ toi, tu l’es ce que dans a dit M. ceci à D. ? (toi, tu étais là lorsque M. a dit ceci à D. ?). – je le suis (j’étais là) = egganiḍ, tellâm t a s ikrĕs ăhen em Moûsa ? – nell ê ⁒ vous, vous l’êtes ce que dans a été noué la tente de M. ? (vous, étiez-vous là lorsque s’est fait le mariage de M. ?). – nous le sommes (nous étions là) = Biska our ieddoubet é kai d-ias ahel ouâ-reṛ, ou tt ill ar toufatB. ne peut pas il arrivera chez toi aujourd’hui, ne l’est si ce n’est demain (B. ne peut pas aller chez toi aujourd’hui, il n’y a que demain (il n’ira chez toi que demain)) = innă Bêdé ou tt ill ăsîkel ăouétai ouâ-reṛ es Tăouat, ou tt ill ar s Ăir ⁒ a dit B. ne l’est pas le voyage cette année-ci vers le Touat, ne l’est si ce n’est vers l’Ăir (B. a dit qu’il n’y aurait pas de caravane allant au T. cette année, qu’il n’y en aurait que vers l’Ăir ; B. a dit qu’on n’irait pas en caravane au T. cette année, qu’on n’irait qu’à l’Ăir) = amis in iḍḍâh, our ieddoubet éd ibded, ou tt ill ar eddoûnet a tt isâbdâden ⁒ mon chameau est fatigué, il ne peut pas il se tiendra debout, ne l’est si ce n’est les gens qui le faisant se tenir debout (mon chameau est fatigué, il ne peut pas se tenir debout, il n’y a que les gens qui le fassent se tenir debout [en le soulevant de force] (c. à d. il ne se tient debout que quand des gens le font se tenir debout en le soulevant de force)) = erîneṛ, our eddoubiṛ éd eḳḳaimeṛ, ou tt ill ar ensîṛ ⁒ je suis malade, je ne peux pas je m’asseoirai, ne l’est si ce n’est je suis couché (je suis malade, je ne puis me tenir assis, il n’y a que je suis couché (je ne fais que rester couché)) = ou tt ill a tennĭd ; ou tt ill ar sousem ⁒ ne l’est pas ce que tu as dit ; ne l’est si ce n’est tais-toi (il n’y a rien que tu aies à dire ; il n’y a que tais-toi (tu n’as rien à dire ; tu n’as qu’à te taire))) ‖ i illĕn (pl. i ellĕnîn ; fs. ti tellĕt ; fp. ti ellĕnîn) « celui qlq’il soit qui ayant été (celui qlq’il soit qui est) » et illĕn (pl. ellĕnîn ; fs. tellĕt ; fp. ellĕnîn) « ayant été (étant) » signifient qlqf. « le premier venu ». D. ce s., i illĕn est plus us. qu’illĕn. (Ex. âles i illĕn daṛ hanân é hâk iken ăoużlou nnek ⁒ l’hom. celui qlq’il soit qu’est dans les tentes t’arrangera ton affaire (le 1er hom. venu dans le campement t’arrangera ton affaire) = tămeṭ tellĕt d-ei-deṛ é hi teżmi aoua-h ⁒ la fem. ayant été (étant) là me coudra cela (la première fem. venue me coudra cela)). v. ⵏⴾⵔ enkeré tt illĕn (pl. é tt ellĕnîn ; fs. é t tellĕt ; fp. é tt ellĕnîn) « en qlq. lieu où l’ayant été (en qlq. lieu qu’il y en ait) » signifie qlqf. « le premier venu ». (Ex. âles é tt illĕn daṛ hanân é hâk iken ăoużlou nnek ⁒ un hom. en qlq. lieu qu’il y en ait dans les tentes t’arrangera ton affaire (le 1er hom. venu dans le campement t’arrangera ton affaire)). v. ⵏⴾⵔ enkera tt illĕn « la ch. qlq’elle soit qui l’ayant été (ce qu’il y a, quoi que ce soit) » signifie hab. « tout ce qu’il y a ». C’est syn. de aoua tt illĕn imdâ « ce qui l’ayant été il est entier (tout ce qu’il