Page:Fournel - Les Hommes du 14 juillet, 1890.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
4
LES HOMMES DU 14 JUILLET;

tionnel. La conséquence qu'on en {ire est out

| ape r ) è ë £

W( Itif arrangé les choses à sa guise. Cétait là y IN € UE à | | essai d'infimidation, qui d'ailleurs ne se réalisa Pa

quoiqu'il n'eût rien avoué. La question, QUI , alors une existence légale, ne S appliquai( que di Jes prisons Judiciaires, où l'on procédait SUIVant los formes à l'instruction des crimes, ef Ja Bastille h 'éfai( qu'une prison administrative.

Mais, précisément à cause du mys{êre Qui environ- nait la plupart des éMprisonnements dans la vieille forteresse, l'opinion qu'on y donnait Ja lorture était répandue, On contait à ce sujet des hisloires ef- frayantes, sans Pouvoir citer un seul document. Con- duite à la Bastille après la découverte de la conspira- üon de Cellamare, mademoiselle Delaunay y entra inbue de cette idée, qui la Slaçait de erreur. Elle Fapporte que, se PromMenant dans sa Chambre avec le lieutenant de roi, elle se hasarda à l'interroger sur certaines Parüicularités redoutables qu'on lui avai aPprises relativement au régime de ]a Prison ; il les n ‘rils. Alors, baissant le (on, elle lui qu'on y donnat quelquefois Ra | Me de procès, 1] ho répondit mot, li CUCORE um lour € S'en alla. Elle en conclut que » Jusqu'à Ce qu'elle ent découvert que péri “ait Our d'une oreille ut qu'elle e lui Pre D en au vaine orcille loraqu L, Ahiles, Déjà, à Son entree, t