Page:Fournier - Mon encrier (recueil posthume d'études et d'articles choisis dont deux inédits), Tome I, 1922.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
MON ENCRIER.

continuera pas moins de tourner. — Tout ce que, dès ici, je puis vous garantir, c’est de laisser les géographes en paix et de ne découvrir ni golfe, ni océan, ni continent, manie dont souffrent à l’état aigu, vous le savez, nombre de voyageurs, mais dont je me défie, pour ma part, non moins que du mal de mer.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
En face de Québec.

Quand on entre en prison ou qu’on part pour l’Europe, on commence par se demander au milieu de qui l’on se trouve. L’Empress a cette supériorité sur la prison de Québec, qu’elle possède une liste imprimée de tous ses pensionnaires. En consultant pour la première fois ce document, je frissonnai de la tête aux pieds ! Sur quatre-vingt-seize passagers de première, j’étais le seul voyageur de langue française, et il y avait là, je crois, au moins cinquante Anglais d’Angleterre…

Oh ! je n’ai rien à dire contre les Anglais d’Angleterre… « Peuple modèle », je l’ai écrit moi-même dans mes articles et je continue de le penser ; mais, il n’y a pas à dire, pour un tempérament français, ce n’est pas précisément une société « désennuyante ». Ah ! mon cher rédacteur, si vous les voyiez comme je les vois depuis hier. — On se dirait dans un entrepôt frigorifique.