Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHILPÉRIC, à part.
–––––––––O bonheur suprême !
–––––––––La femme que j’aime,
–––––––––Elle m’aime aussi.
ENSEMBLE.
–––––––––Mon cœur bat plus vite,
–––––––––D’amour il palpite
–––––––––En { le revoyant.
la
–––––––––Moment plein de charmes,
–––––––––Pour moi plus de larmes,
–––––––––Espoir enivrant.

CHILPÉRIC, lui prenant la main.
––Ainsi, de Carpentras vous voilà revenue ?

SEMPRONIA.
––Je suis depuis six mois de retour à Paris.

CHILPÉRIC, avec joie.
––Vous êtes de Paris ? ô ma belle inconnue,
––Par quel heureux hasard vîntes-vous au pays ?

SEMPRONIA.
––Sous votre ciel d’azur, je possède une tante,
––Qui de mes jeunes ans a pris soin autrefois.
––Je fus passer l’hiver près de cette parente ;
––C’est là que je vous vis pour la première fois.
–––––––––O destin prospère !
–––––––––C’est lui que mon père
–––––––––Attend aujourd’hui.