Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHILPÉRIC.
–––––––––O bonheur extrême !
–––––––––La femme que j’aime,
–––––––––Elle m’aime aussi.
REPRISE DE L’ENSEMBLE.
–––––––––Mon cœur bat plus vite,
–––––––––D’amour il palpite
–––––––––En { le revoyant.
la
–––––––––Moment plein de charmes,
–––––––––Pour moi plus de larmes,
–––––––––Espoir enivrant.

SEMPROLIA.

Comment, monsieur, c’est vous que mon père ?… Quelle douce surprise ?


CHILPÉRIC, lui prenant la main.

Oh ! oui ! je devais vous retrouver, vous et votre opulente chevelure !… Si vous saviez à quelles minutieuses perquisitions je me suis livré dans Carpentras, pour savoir ce que vous étiez devenue !… Tous les matins, en me rendant à mes barbes, je faisais retentir les échos de la ville sous mes soupirs multipliés. Mes rasoirs n’avaient plus le fil. Le fer tremblait dans ma main !… et mes clients m’accablaient d’épithètes ignominieuses ! (Ici Plumoizeau, un paquet sous le bras, entre timidement.)


SEMPRONIA.

Est-ce que vous n’exerciez pas la profession d’apothicaire, là-bas ?