Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VI

Les Mêmes, BOUDINET, en grande tenue, entrant par la droite.



BOUDINET, à la cantonade.

Un coucou de quatre places à deux chevaux. (Prêtant l’oreille.) Oui, ça suffira… il n’y a pas d’invités… les témoins viendront à pied. (Entrant.) Je ne fais rien comme les autres, moi… (A Chilpéric.) Encore à table ? bel appétit !… (A Sempronia.) Comment, pas encore prête ? (Pendant les mots à la cantonade de Boudinet, Plumoizeau, rôde autour de la table, et dérobe une côtelette.)


SEMPRONIA.

Mais, mon père, ce n’est pas ma faute… (Montrant Plumoizeau.) J’attendais monsieur, il arrive seulement.


PLUMOIZEAU, à Boudinet.

C’est à monsieur Boudinet que j’ai l’honneur de parler ? (Il cache la côtelette derrière lui.)


BOUDINET, vivement.

Ah ! malheureux ! vous êtes en retard… que le diable vous emporte !


PLUMOIZEAU, embarrassé.

Croyez bien…


BOUDINET.

On vous attend depuis ce matin… que le diable vous patafiole !


PLUMOIZEAU, à part.

Le beau-père est un peu vif.