Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BOUDINET.

On ne peut rien faire sans vous.


PLUMOIZEAU, souriant.

Je le sais bien.


BOUDINET.

Alors pourquoi vous faites-vous attendre ?… J’irai me plaindre chez…


PLUMOIZEAU, l’interrompant.

Mais le coche…


BOUDINET.

Pas d’excuses, et dépêchez-vous.


PLUMOIZEAU.

Mais…


BOUDINET, à Chilpéric.

Je vous demande pardon… sans ce maudit animal !


PLUMOIZEAU, à part.

Il est un peu cheval, le papa beau-père… je commence à avoir du regret d’être venu.


BOUDINET, à Chilpéric.

Veuillez m’excuser.


CHILPÉRIC.

Mais de rien… comment donc !… (A part.) C’est étonnant comme ce vieux me comble de prévenances.


BOUDINET, à Sempronia.

Allons, ma fille, va vite, le temps presse. (A Plumoizeau.) Et vous, allez-vous vous remuer, à la fin ?