Page:Franck - Le communisme jugé par l'histoire, 1871.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


non plus à coté, mais au sein même de la communauté. C’est ce que nous démontrera plus tard, avec la dernière évidence, l’histoire du communisme chez les modernes. Contentons-nous en ce moment de citer quelques mots de Jean-Jacques Rousseau, un des adversaires les plus violents qu’ait eus parmi nous la propriété, l’admirateur passionné de Sparte et de sa constitution sauvage. « Il y a telles positions malheureuses où l’on ne peut conserver sa liberté qu’aux dépens de celle d’autrui, et où le citoyen ne peut être parfaitement libre, que l’esclave ne soit extrêmement esclave. Telle était la position de Sparte. Pour vous, peuples modernes, vous n’avez point d’esclaves, mais vous l’êtes ; vous payez leur liberté de la vôtre. Vous avez beau vanter cette préférence, j’y trouve plus de lâcheté que d’humanité[1]. »



  1. Contrat social, liv. III, chap.. 15.