Page:Froment - Notice historique sur L'Abord-à-Plouffe, c1920.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais devra-t-on écrire Bord-à-Plouffe ou l’Abord-à-Plouffe ? Une polémique très amicale que j’eus avec un Père de Ste-Croix me donna gain de cause. Le bureau fédéral des Recherches Historiques m’indiqua l’Abord-à-Plouffe comme le nom véritable et consacré. Plusieurs écriront encore Bord-à-Plouffe : l’habitude devient souvent seconde nature… L’Abord-à-Plouffe qui s’écrivait l’Abord-à-Plouff est agréablement située au sud de l’ile Jésus, nous l’avons dit. Elle est bornée au nord par St-Martin, au sud par la Rivière des Prairies, à l’est par Laval des Rapides autrefois Parc Laval, à l’ouest par le haut du Bord de l’eau.

Elle fait encore partie au point de vue religieux de la paroisse de St-Martin mais au point de vue civil elle en a été démembrée en 1916 par une décision du Conseil de Comté. Elle forme un territoire de 55 arpents de longueur par 20 de profondeur couvrant 1100 arpents de superficie. Elle s’étend du Parc Laval, de la terre de Pierre Gagnon à celle de Hormisdas Pesant et de la Rivière des Prairies à mi-chemin dans la montée de St-Martin avec une addition importante à sa partie sud-est le Parc Cartierville-Nord, formant en tout trois milles de longueur. Sa population est de 180 familles comprenant 763 personnes dont 661 sont des communiantes. Les routes de l’Abord-à-Plouffe sont toutes macadamisées et recouvertes de Tarvia. Elle est munie de l’électricité. À peu près toutes les maisons sont construites sur le bord de l’eau ou à proximité de la Rivière des Prairies. Le Pont communément appelé Pont Lachapelle a 730 pieds de longueur et est tout en fer. Autrefois, il y a trente