Page:Froment - Notice historique sur L'Abord-à-Plouffe, c1920.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 25 —

CHAPITRE IV



PROGRÈS CIVIL


Incorporation. — 1er Maire. — 1ers Échevins. — Inventaire. — La culture maraîchère. —


Nous l’avons dit : l’Abord-à-Plouffe jusqu’en 1916 n’était pas une municipalité distincte. Elle faisait partie de St-Martin et était administrée par elle. Une maladministration de son domaine ou une certaine négligence à lui fournir les améliorations qu’elle exigeait mit dans le cerveau de quelques citoyens l’idée de lui obtenir son autonomie. La première tentative en ce sens fut faite le 23 mai 1878 par M. Eusèbe Lorrain, boulanger, le père de notre Maire actuel, mais le Conseil de Comté n’accorda pas la requête. Le plan avait été cadastré par M. I. O. Malsburg de Montréal. Démarches sur démarches furent entreprises par la suite. Le parti des anciens opposés à la mesure d’émancipation et à bon droit, lutta courageusement et obtint la victoire deux autres fois. Dans cette lutte il y eut de fortes chicanes mais jamais de rancune. Chacun cherchait à faire triompher ses intérêts et à cela personne n’a à redire. Toujours est-il qu’un fameux voyage eut lieu à Québec. Devant le Comité des Bills privés de fortes influences se jouèrent. Rien ne fit : le parti des non-incorporants triompha. Les vaincus ne se découra-