Page:Froment - Notice historique sur L'Abord-à-Plouffe, c1920.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la même religion ni de la même nationalité, nous le procura sans tarder. Plus tard les Dames achetèrent une belle statue de la Sainte Vierge qui fut bénite par l’abbé A. Pineault ; et Mme J. Desrochers, de St-Joseph dont l’érection fut présidée par le R. P. Hébert. M. le curé de Cartierville nous céda à prix excessivement bas les chaises et les petits prie-Dieu. La sacristine était trouvée dans la personne de Mlle Élodie Boucher. Le charretier fut choisi, M. Gabriel Taillefer, puis M. Jos Brosseau marchand, puis M. Dorila Gravel pour aller chaque dimanche chercher le prêtre desservant. Il fallait un chauffeur : MM. Jos. Brosseau et Ovide Patry tour à tour, furent appelés à cette fonction. Mesdames Jos. Girouard et Chartrand organisèrent pour le 9 et 10 décembre 1918 un euchre qui rapporta $350.00. Le Euchre fut splendide. Les organisatrices reçurent de chaleureuses félicitations. Le soir du 11 décembre 1918 tous les enfants furent invités gratuitement à une fête… Il y eut foule et quelle foule !… Les bonbons, les noix, le café, les jouets, les habits d’enfants furent largement distribuées… Parmi ces enfants il y en avait de quatre et cinq ans jusqu’à seize ans, c’est-à-dire tous ceux qui n’avaient pu venir à la partie de cartes. La veillée fut charmante : les refrains les plus gais furent entendus : les propos les plus drôles furent tenus. Tous se souviendront de cet événement joyeux…

L’Abord-à-Plouffe commençait une vie nouvelle. Le Dieu-Hostie se communiqua plus facilement aux âmes par la