Page:Fujishima - Le Bouddhisme Japonais, doctrines et histoire des douze grandes sectes bouddhiques du Japon.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
LE BOUDDHISME JAPONAIS

car il ne peut apparaître en même temps en plusieurs endroits différents. C’est pourquoi l’Abhidharma-koça-çâstra dit que le sujet est le même sous les différents noms de la connaissance (Vijnâna ; shiki) :

Connaissance de la vue Cakshur-vijñâna Gen-shiki
Connaissance de l’ouïe Çrotra — v° Ni-shiki
Connaissance de l’odorat Ghrâṇa — v° Bi-shiki
Connaissance du goût Jihvâ — v° Zetsou-shiki
Connaissance du toucher Kâya — v° Shin-shiki
Connaissance du sentiment Mano — v° I-shiki

On l’appelle aussi le Roi de l’esprit (Mano-râja ; Shinno), parce qu’il pense à tous les objets qui paraissent devant lui, comme le chef d’une monarchie dirige avec une grande autorité les affaires de ses sujets.

III. Dharmas du ressort de l’esprit (Caitta-dharmas ; Shin-jô-ou-hô).

Il y en a quarante-six différents, groupés dans les six classes suivantes :

A. Dharmas de grand domaine. (Mahâbhû-mika-dharmas ; Daï-ji-hô).

Ils sont au nombre de dix, qui toujours accompagnent l’esprit ou sentiment :

Sensation Vedanâ Ju
Désignation Saṃjña
Intention Cetanâ Shi
Toucher Sparça Shi
Désir Chanda Shin-shiki
Intelligence Mati I-shiki