Page:Gaboriau - L’Affaire Lerouge.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


conduite et de l’arrêter sans retard : veuillez me suivre chez moi.

Il sonna, un valet parut aussitôt.

— Prévenez, lui dit-il, que ni M. le vicomte ni moi n’y sommes pour personne au monde.