Page:Gaboriau - L’Affaire Lerouge.djvu/499

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


XVII


Aussi troublé, aussi préoccupé que possible des révélations de mademoiselle d’Arlange, M. Daburon gravissait l’escalier qui conduit aux galeries des juges d’instruction, lorsqu’il fut croisé par le père Tabaret. Sa vue l’enchanta et tout aussitôt il l’appela :

— Monsieur Tabaret !…

Mais le bonhomme, qui donnait tous les signes de l’agitation la plus vive, n’était rien moins que disposé à s’arrêter, à perdre une minute.

— Vous m’excuserez, monsieur, dit-il en saluant, on m’attend chez moi.

— J’espère cependant…

— Oh ! il est innocent, interrompit le père Tabaret. J’ai déjà quelques indices, et avant trois jours… Mais vous allez entendre l’homme aux boucles d’oreilles de Gévrol. Il est très-malin, Gévrol, je l’avais mal jugé.