Page:Gaboriau - L’Affaire Lerouge.djvu/561

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


XIX


Noël avait promis de faire toutes les démarches du monde, de tenter l’impossible pour obtenir l’élargissement d’Albert.

Il visita en effet quelques membres du parquet et sut se faire repousser partout.

À quatre heures, il se présentait à l’hôtel Commarin pour apprendre au comte le peu de succès de ses efforts.

— M. le comte est sorti, lui dit Denis, mais si monsieur veut prendre la peine de l’attendre…

— J’attendrai, répondit l’avocat.

— Alors, reprit le valet de chambre, je prierai monsieur de vouloir bien me suivre, j’ai ordre de M. le comte d’introduire monsieur dans son cabinet.

Cette confiance donnait à Noël la mesure de sa