Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Décidément, pensa Caldas, il n’a pas lu M. de Cormenin.

Et, sous un prétexte quelconque, il s’enfuit au plus vite en murmurant :

— Est-ce que je ne suis pas dans une maison de fous ?