Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XLII


Le passe-droit dont M. Deslauriers avait été victime fit à Caldas le plus grand tort.

Quand on est employé, à l’Équilibre, on commet une faute grave si on se lie d’amitié avec un autre employé, quel qu’il soit, supérieur ou subalterne. Jamais on ne partage, en effet, la bonne fortune de cet ami, si la faveur enfle ses voiles ; on est toujours éclaboussé par sa disgrâce, s’il vient à sombrer.

Caldas apprit cette belle maxime d’un jeune commis, fils d’un garçon de bureau, qui avait été élevé par son père dans la crainte de Son Excellence et de la hiérarchie.