Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Comme ce cousin était pressé, comptant là-dessus pour manger, il venait dans les bureaux tous les deux jours. Par bonheur il rencontra Romain, qui en moins de cinq semaines obtint une solution.

L’argent arriva fort à propos. Le cousin étant mort de faim la veille, il servit à le faire enterrer.