Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/297

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


R. — Respect, vénération, obéissance, admiration, amour sans bornes, tant qu’il est au pouvoir ; rien, quand il n’y est plus.

D. Pourquoi cette distinction ?

R. — Parce qu’alors je n’attends plus rien de lui et qu’il doit me demeurer étranger.

D. — N’avez-vous pas des devoirs à remplir envers d’autres personnes ?

R. — Je dois honorer tous mes chefs en raison de ce qu’ils peuvent pour moi.

D. — Comment honorez-vous vos chefs ?

R. — Je fléchis le genou devant mon directeur, je salue jusqu’à terre mon chef de division, je me découvre et je m’incline devant mon chef de bureau, je soulève simplement mon chapeau pour mon sous-chef, et je le garde sur ma tête pour tout autre.

D. — Quels sont vos devoirs vis-à-vis de vos inférieurs ?

R. — Exiger d’eux les hommages que je rends à mes supérieurs.

D. — Comment devez-vous vous conduire avec le public ?