Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

absens, tis, ¶ 1 part. prés. de absum ¶ 2 adjt, absent : Cic. Verr. 5, 109, etc.absentissimus Aug. Conf. 4, 4.
>>> abl. absenti Pl. Amp. 826 ; Men. 492 ; Mil. 1341 ; gén. absentum Pl. Stich. 5absente nobis Ter. Eun. 649 ; Afran. Tog. 6, en mon absence, cf. Non. 76.

absentātĭo, ōnis, f., absence : [décad.]

absentĭa, æ, f., absence : Cic. Pis. 37 ; Att. 14, 13 a, 1 ; Sen. Helv. 15, 3 ; Quint. 5, 7, 1.

absentĭo, āre, int., être absent : Chrysol. Serm. 71.

absentĭum, v. absinthium.

absentīvus, a, um, absent : Petr. 33.

absento, āre, ¶ 1 tr., rendre absent, éloigner : Ps. Cypr. Sing. cler. 30 ; Cod. Th. 12, 1, 84 ¶ 2 int., être absent : Alcim. Ep. 72 ; 74.

absīda, æ, c. absis : Aug. Ep. 23, 3 ; P.-Nol. Ep. 12, 17.

absīdātus, a, um, arqué, voûté : Cass. 4, 51.

Absilæ, ārum, m., peuple du Pont : Plin. 6, 14.

absĭlĭo, sīlŭi et sĭlivi, īre (ab, salio), ¶ 1 int., sauter loin de, s'éloigner par des sauts : Lucr. 6, 1217 ‖ sauter, rebondir : Stat. Th. 10, 87, 9 ¶ 2 tr., nidos Stat. Th. 6, 98, sauter hors des nids.

absim, is, it, etc., de absum.

absĭmĭlis, e, non semblable, différent : falces non absimili forma muralium falcium Cæs. G. 3, 14, 5, des faux ayant absolument la forme des faux murales ; non absimilis Tiberio principi fuit Suet. Oth. 1, il ressemblait tout à fait à l'empereur Tibère,

absinthĭăcus, a, um, d'absinthe : Th.-Prisc. 2, 2, 16.

absinthĭātus, a, um, qui contient de l'absinthe : Sen. Suas. 6, 16absinthiatum, n., Pall. 3, 32, vin d'absinthe.

absinthītes, æ, m., vin d'absinthe : Col. 12, 35 ; Plin. 14, 19.

'absinthĭum, ĭi, n., absinthe : Lucr. 1, 935 ; 2, 400 ; Varr. R. 1, 57 ; Quint. 3, 1, 5.

absinthĭus, ĭi, m., absinthe : Varr. Men. 440.

absis, ou mieux apsis, īdis, f., arc, voûte : Plin. Ep 2, 17, 8 ‖ course d'une planète : Plin. 2, 63 ‖ assiette : Dig. 34, 2, 19 ‖ chœur d'une église : Eccl.

absisto, stĭti, ĕre, int. ¶ 1 s'éloigner de : ab aliqua re Cæs. G. 5, 17, 2, de qqch ; vestigiis hostis Liv. 27, 42, 17, s'éloigner des traces de l'ennemi, perdre les traces de l'ennemi ‖ [poét.] ab ore scintillæ absistunt Virg. En. 12, 102, des étincelles jaillissent de son visage ¶ 2 [fig.] cesser de, renoncer à : a) [avec abl.] oppugnatione Liv. 44, 12, 7, renoncer au siège ; incepto Liv. 25, 5, 5, abandonner une entreprise, cf. 21, 6, 8 ; 24, 10, 15 ; etc. ; continuando magistratu Liv. 9, 34, 2, cesser de maintenir sa charge, de se maintenir en charge, cf. 29, 33, 8 ; b) [avec inf.] Virg. En. 6, 399 ; 8, 403 ; Liv. 7, 25, 5 ; 32, 35, 7 ; 36, 35, 4 ; c) [abst] s'arrêter, cesser : Virg. En. 1, 192 ; Liv. 34,[1] 8, 2 ; 36, 45, 3 ; 44, 39, 9 ; absistamus Virg. En. 9, 355, tenons-nous-en là.

absĭtus, a, um, éloigné : P.-Nol. Carm. 21, 405.

absŏcĕr, ĕri, m., bisaïeul du mari ou de la femme, grand-père du beau-père : Capit. Gord. 2.

absŏleo, c. obsoleo : Gloss.

absŏlūbīlis, e, qui résout une question : Ambr. Psalm. 118, 12, 7.

absŏlūtē, d'une façon achevée, parfaite : Cic. Ac. 2, 55 ; Tusc. 4, 38 ; Or. 227 ; absolutius Plin. Ep. 4, 27, 2 ; absolutissime Her. 2, 28 ‖ d’une façon générale : Tert. Or 21, etc. ‖ [gram.] absolument : Prisc. ; Don. And. 817 ; Eun. 459 ; Ad. 49 ; Phorm. 52.

absŏlūtĭo, ōnis, f. (absolvo), ¶ 1 acquittement : Cic. Clu. 74 ; Font. 36 ; Cal. 3, 9 ; majestatis Fam. 3, 11, 1, acquittement sur le chef de lèse-majesté ‖ acquittement d'une dette, décharge, quittance : Dig. 46, 4, 1 ¶ 2 achèvement, perfection : Cic. de Or. 1, 130 ; Br. 137 ; Fin 5, 38 ¶ 3 [rhét.] exactitude [revue complète des genres relatifs à une cause] : Cic. Inv. 1, 32.

absŏlūtīvē, d'une façon absolue, précise : Charis. 263, 8 ‖ [gram.] au positif : Char. 114, 33.

absŏlūtīvus, a, um, absolu [opp. à relativus] : Serv. En. 10, 18.

absŏlūtŏr, ōris, m., qui absout : Cass. 11, præf.

absŏlūtōrĭus, a, um, qui acquitte : Sen. Contr. 6, 5 ; Ascon. Mil. p. 55 B ; Suet. Aug. 33 ‖ qui délivre de : Plin. 28, 63.

absŏlūtus, a, um, ¶ 1 part. de absolvo ¶ 2 adjt a) achevé, parfait ; Cic. Off. 3, 14 ; de Or. 3, 84 ; Or. 17 ; 182 ; 2, 34 ; b) complet, qui forme par soi-même un tout : Inv. 1, 17 ; Part. 94c) [gram.] nomen absolutum Prisc. 2, 59, 24, nom qui a un sens complet par lui-même ; verbum absolutum [ou] verbe pris abst [sans complém. d'aucune sorte], Prisc. 2, 375, 10, [ou] qui exprime l'action complète [opp. à inchoatif, itératif] Diom. 1, 343, 29 : adjectivum, participium absolutum Serv. En. 2, 26, adjectif, participe employé seul, sans substantif ‖ [en parl. du positif des adj. et adv. (opp. à compar., superl.)] : Quint. 9, 13, 19 ; Gell. 5, 21, 13 ; Prisc. ; Diom. ‖ [en parl. du parfait dans les verbes] : Capel. 3, 314 ; Char., Diom.absolutior Plin. 33, 66, etc. ; Plin. Ep. 3, 106 ; -tissimus Cic. Tim. 12 ; Her. 2, 28 ; Plin. Ep. 1, 20, 10, etc.

absolvo, solvi, sŏlūtum, ĕre, tr. ¶ 1 détacher, délier : Apul. M. 9, 22 ; 11, 16, etc. ‖ dégager : vinclis absoluti Tac. An. 12, 37, dégagés de leurs fers ; lingua absoluta a gutture Plin. 11, 172, langue détachée du gosier ¶ 2 dégager, laisser libre : te absolvam brevi Pl. Ep. 466, je t'expédierai promptement, j'en aurai vite fait avec toi, cf. Aul. 520 ; Ps. 1231 ¶ 3 dégager de, délier de : ab aliquo se absolvere Cic. Corn. 36, se libérer au regard de qqn ; aliquem cura Sall. Macr. 19, débarrasser qqn d'un souci ; ‖ [en part.] absolvere aliquem Pl. Most. 652, payer qqn, cf. Ep. 631 ; Ter. Ad. 277 ¶ 4 acquitter, absoudre : Cic. Clu. 105 ; Tusc. 1, 98 ; Verr. 2, 74 ; omnibus sententiis absolvi Cic. Verr. 4, 100, être acquitté à l'unanimité des suffrages ‖ majestatis absolvi Cic. Clu. 116, être acquitté du chef de lèse-majesté ; capitis Nep. Milt. 7, 6, d'une accusation capitale, cf. Paus. 2, 6 ; improbitatis Cic. Verr. 1, 72, être absous du grief de malhonnêteté, cf. Tac. An. 3, 78 ; 4, 13 ; 13, 30ambitu Cic. Cæl. 78, être absous du chef de brigue ; crimine Liv. 8, 22 3, d'une accusation, cf. Tac. An. 1, 74 ; 13, 21 ; aliquem suspicione regni Liv. 2, 8, 1, absoudre quelqu'un du soupçon d'aspirer à la royauté ‖ de prævaricatione absolutus Cic. Q. 2, 16, 3, absous du chef de prévarication ‖ aliquem peccato Liv. 1, 58, 10, absoudre qqn d'une faute ; se absolvere Sen. Ir. 1, 14, 3, s'absoudre ; fïdem Tac. H. 2, 60, absoudre la fidélité, cf. Sen. Ben. 3, 6, 2 ¶ 5 achever : [des labours, un édifice, un sanctuaire] Varr. R. 1, 32, 1 ; Cic. Off. 3, 33 ; Att. 12, 19, 1 ; Catone absoluto Cic. Or, 35, mon Caton [de Senectute] étant achevé ; absolvi beata vita sapientis non potest Cic. Fin. 2, 105, la vie heureuse du sage ne peut se parachever ; ‖ paucis verum absolvere Sall. C. 38, 3, dire toute la vérité en peu de mots, cf. J. 17, 2 ; Liv. 33, 12, 2 ‖ [abst], achever un développement, un exposé : uno verbo Pl. Rud. 653, dire tout d'un mot ; de Catilinæ conjuratione paucis Sall. C. 4, 3, sur la conjuration de Catalina faire un exposé complet en peu de mots.

absŏnans, tis, part.-adj. de absono, contraire, opposé : Instit. 2, 25.

absŏnē, d'une voix fausse : Apul. Apol. 5 ‖ [fig.] de façon absurde, sans rime ni raison : Gell. 15, 25, 1.

absŏno, āre, int., n'avoir pas le son juste, détonner : Ter.-Maur. 2024.

absŏnus, a, um ¶ 1 qui n'a pas le son juste, faux : Cic. de Or. 3, 41 ; 1, 115littera absona Quint. 12, 10, 32, lettre ayant un son désagréable ‖ discordant, inharmonieux : Gell. 13, 21, 12 ; Apul. M. 8, 26 ¶ 2 [fig.], discordant : alicui rei Liv. 1, 15, 6, qui ne s'accorde pas avec qqch ; [ou] ab aliqua re Liv., 7, 2, 5 ‖ [abst] choquant, qui détonne : Quint. 6, 3, 107.

absorbĕo, bŭi, ēre, tr., faire disparaître en avalant, absorber, engloutir : Cic. Phil. 2, 67 ; Hor. S. 2, 8, 24 ‖ [fig.] Cic. Br. 282 ; Leg. 2, 9 ; tribunatus quodam modo absorbet orationem meam Cic. Sest. 13, son tribunat pour ainsi dire

  1. Virgule manquante, sans doute une coquille