Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/289

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


garanties II [avec ut] avoir soin que, prendre ses mesures (précautions) pour que: Cic. Off. 1, 141; Liv. 3, 10, 14; 27, 24, 8; caverat sibi... ut Cic. Pis. 28, il avait pris ses précautions dans son intérêt pour que H 3 [t. de droit] prendre toutes les précautions utiles, comme jurisconsulte, au nom du client; veiller à ses intérêts au point de vue du droit : ad respondendum et ad agendum et ad cavendum peritus Cic. de Or.

1, 212, qui sait à la fois donner des consultations, guider dans une action judiciaire, et prendre toutes sûretés en droit, cf. Ceec. 78 ; Mur. 19; Leg. 1,17; Off. 2, 65

Il prendre des sûretés pour soi-même : sibi cavere Cic. Corn. 35, prendre ses sûretés; cavere ab aliquo ul Liv. 24, 2, 5, prendre ses sûretés à l’égard de qqn en stipulant que 11 [avec prop. inf.] : rogant eum, ut ab sese caveat que-madmodum velit... neminem esse acturum Cic. Verr. 2, 55, ils lui demandent de prendre à leur égard telle sûreté qu’il voudra comme garantie que personne n’intentera d’action..., cf. Brut. 18

H donner des sûretés, des garanties à autrui au moyen de qqch : prsedibus et prsediis populo cautum est Cic. Verr. 1,142, le peuple a des garanties dans les cautions et les immeubles (est à couvert grâce aux personnes qui se portent caution et grâce aux biens - fonds qui servent de garantie), cf. AU. 5, 21, 12; Liv. 22, 60, 4; Tac. An. 6, 17; obsi-dibus de pecunia cavent Cms. G. 6,

2, 2, au sujet de la somme qu’ils doivent, ils donnent des otages en garantie, cf. Suet. Cal. 12; obsiaibus cavere inter se Cms. G. 7, 2, 2, échanger des otages pour se donner une garantie mutuelle

H prendre des dispositions pour qqch au moyen d une loi [avec dat.l : his (agris) cavet Cic. Agr.

3, 12, voilà les champs qu’il protège par sa loi (auxquels il veille) ; lex altéra ipsis sepulcris cavet Cic. Leg. 2, 61, la seconde loi veille sur les sépultures mêmes II cavere ut, disposer quo, stipuler que : Cic. Agr. 2, 62; Leg. 2, 51; cautum est in Scipionis legibus ne plures essenl... Cic. Verr. 2, 123, il y a dans les lois de Scipion une disposition qui interdit qu’il y ait un plus grand nombre... ; [avec de] Cic. Inv. 2, 119; 2, J35¶[avec ace] : non omnia scriptis, sed quse-dam, quse perspicua sint, tacilis exceptionibus caveri Cic. Inv. 2, 140, [il dit] que toutes les exceptions ne figurent pas dans les textes, mais que certaines, qui sont évidentes, sont stipulées implicitement ¶ prendre des dispositions par un traité pour qqn, sur qqch : si Hiempsali satis est cautum fasdere Cic. Agr. I; 10, si dans le traité il y a eu des dispositions suffisantes en faveur d’Hiempsal ; régi amico cavet (fœdusj Cic. Agr. 2, 58, (le traité) garantit les possessions d’un roi ami; (agri) de quibus cautum est feedere Cic. Agr. 1, 10, (les terres)

comprises dans les stipulations d’un traite, cf. Balb. 37; Liv. 21, 18, 8; absurda res est caveri fœdere, ut Cic. Balb. 37, il est absurde que dans un traité il y ait un article stipulant que ¶ prendre des dispositions en faveur de qqn au moyen d’un testament : cavere alicui Cic. Inv. 2, 120; Verr. 1, 123; Clu. 162; quid? verbis hoc satis erat cautum? Cic. Cœc. 53, eh quoi! cette clause était-elle exprimée de façon assez expliciie? id testamento cave-bit? Cic. Fin. 2, 102, réglera-i-il, ordonnera-i-il cela dans son testament? testamento cavere ut Cic. Fin. 2, 103, ordonner par son tesiament de...

^—>- cavitum = cautum CIL1, 200, 6 ; càvé au lieu de càvê Hor. S. 2, 3, 38, etc.

Càvëôla, se, f., dira, de cavea : Gloss.

câverna, se, f. (cavus), H 1 cavité, ouverture : cavernœ terne Lucr. 6, 597, les cavernes souterraines, cf. Cic. 2, 151; cavernes navium Cic de Or. 3, 180, cales des navires ; cavemse arboris Gell. 15, 16,3, fentes d’un arbre II pi., bassins, réservoirs : Curt. 5, 1, 28 II [en part.] a) trou, tanière d’un animal : Plin. 22, 72 ; b) orifices du corps : Plin. 8, 218 H 2 [fig.J la cavité que forme la voûte du ciel : Lucr. 4, 171 ; 4, 391; Cic. Arat. 252; Varr. Men. 270 ; cf. Serv. En. 2, 19.

Càvernâtim (caverna), à travers des cavités : Sid. Ep. 5, 14.

Càverno, âtum, are (caverna), tr., creuser : C. AuR. Chron. 4, 3, 26.

càvemôsus, a, um (caverna), qui a des cavités, creux : Plin. 26, 58.

Càvemûla, se, f. (caverna), petite ouverture : Plin. 27, 98. càvernnm, i, n., et -nus, i, m.,

c. caverna: Gloss.

Càvësis ou Cave sis, prends garde, je te prie: Pi.. Amph. 845; Asin. 43; Aul. 584; Bacck. 402; Mil. 1245, etc. ; Ter. Eun. 799.

câvïœ, ârum, f., et câvïâres hostïse, f., partie des victimes jusqu’à la queue: P. Fest. 57, 19.

Cavïi, ârum, m., peuple d’Illy-rie : Liv. 44, 30.

Càvilla, se, f., SF1 plaisanterie, baliverne: aufer cavillam PL. Aul. 638, trêve de plaisanterie 11 2 sophisme : Capel. 4, 423.

Câvillâbundus, a,um (cavillor), usant de sophismes, captieux : Tert. Anim. 34.

càvillâtâo, ônis,î.(camllor),1F1 badinage, enjouement : cavûlatio, genus facetiarum in omni sermone fusum Cic. de Or. 2, 218, l’enjouement est un ton plaisant répandu dans l’ensemble des propos H 2 subtilité, sophisme : cavillatio ver-borum infelix Quint. 10, 7, 14, stérile chicane de mots, cf. Cic.

d. Sen. Ep. 111, 1 ; Sen. Ben. 2,

Càvillàtôr, mis, m. (cavillor), V 1 badin, plaisant : Pl. Mil. 642; Cic. AU,. 1, 13, 2 H 2 sophiste : Sen, Ep. 102, 20.

câvillâtôrïus, a, um, captieux, sophistique : Boet. Cic. Top. 1.

Càvillâtrix, îcis, f. (caviUator), une sophiste : ver borum Quint. 7,

3, 14, qui subtilise sur les mots ¶ la sophistique : Quint. 2, 15, 25.

i Càvillâtûs, a, um, part, de cavillor et de cavitto.

2 Càvillâtûs, ûs, m., taquinerie : Apul. M. 8, 25.

càvillis, is, f., c. cavilla: PL. Truc. 686.

Câvillo, are, FORT. Mari. 2,241, c. cavillor |] [au pass.] être tourné en moquerie : Tert. Resur. 21 II càvillâtûs, a, um, qui a été trompé : Apul. M. 3, 19.

cavillor, âtus sum, âri, tr. et int. H 1 plaisanter, dire en plaisantant, se moquer de : cum eo cavillor Cic. Au. 2, 1, 5, je plaisante avec lui ; cavillans vocare... Lrv. 2, 58, 9, U appelait ironiquement... Il caviUan rem Cic. Q. 2, 10, 2, plaisanter sur qqch ; [avec prop. inf.] dire en plaisantant que : Cic. 3, 83 11 2 user de sophismes : cavillari tum tribuni Lrv. 3, 20, 4, alors les tribuns de chercher chicane, cf. Sen. Ben. 7,

4, 8 ; Ep. 64. 3 ]| hsec camUante Appio Lrv. 9, 34, 1, Appius tenant ce raisonnement sophistique ; [avec prop. inf.l Plin. 11, 267.

câviHôsus, a, um (cavilla), plein de subtilité : Firm. Math. 5,8.

càvillum, i, n., Apul. M. 1, 7, et Càvillus, », m., Apul. M. 2, 19, c. cavilla.

câvïtâs, âtis, f. (cavus), cavité : C. Aur. Acul. 3, 2, 9.

câvïtïo, ônis, f., P. Fest. 61, 3, arch. c. cautio.

càvïtum v. caveo m >.

càvo, âvi, âtum, are (cavus), tr. H 1 creuser : lapidem cavare Lucr. 1, 313, creuser la pierre ; luna cavans cornua Plin. 8, 63, la lune à son déclin [qui creuse son disque] Il cavare parmam gladio Ov. M. 12, 130, percer un bouclier d’un coup d’épée H 2 faire en creusant : naves ex arborions Liv. 21, 26, 8, creuser des navires dans des arbres ; [poét.] arbore lintres Virq. G. 1, 262, creuser des cuves dans le bois.

câvôsïtâs, âtis, f. (cavus), cavité : Tert. Anim. 55.

câvum, %, n. (cavus), trou [seul1 au pl.] : Liv. 24, 34, 9; SEN.jVa*. 3, 28, S.

1 Cavus, a, um, 111 creux, creusé, profond : cava ilex Virg. B. 1,18, chêne creux ; cava manus Tib. 2, 4, 14, le creux de la main ; cava dolia Tib. 1, 3, 80, tonneaux sans fond; cava flumina Virg. G. 1, 326, fleuves profonds 11 2 [fig.] a) qui n’est pas plein : cavi menses Censor. 20, 3, mois creux [de 30 jours, par opp. aux mois pleins, de 31 jours] ; b) vide, vain, sans