Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
195
DU CANADA.

ment les Iroquois, qui ne comptaient que 2200 guerriers en 1660[1], auraient-ils pu se promener en conquérans depuis la Caroline jusqu’au fond de la baie d’Hudson, et faire trembler au seul bruit de leur nom tous les peuples de ces contrées ?

Cartier ne vit dans tout le Canada que quelques rares bourgades, dont la plus considérable renfermait seulement cinquante cabanes ; et le plus grand rassemblement d’hommes qui eut lieu à Stadaconé dans l’hiver qu’il passa sur la rivière St.-Charles, resta bien au-dessous de 1000. Il aperçut dans les autres parties du pays à peine çà et là quelques traces d’habitation. Joliet et le P. Marquette, Jésuite, parcoururent une grande partie du Mississipi sans rencontrer la présence d’un seul homme.

Nous avons dit que la comparaison des différens dialectes parlés dans l’Amérique septentrionale, à l’est de ce dernier fleuve, avait fait découvrir huit langues-mères, et que l’on y avait divisé la population en autant de grandes familles. D’après ces huit divisions radicales d’une partie des hommes de la race rouge, qui sembleraient militer contre l’hypothèse d’une seule voie d’immigration asiatique par le nord-

  1. Les Relations des Jésuites pour 1659-60 n’en portent le nombre qu’à 1900.