Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
197
DU CANADA.

ou châtains, petits et enfoncés, brillaient dans leurs orbites. Le front étroit, ils avaient le nez plat, les lèvres épaisses, les cheveux gros et longs. Les hommes avaient peu de barbe et ils se l’arrachaient soigneusement à mesure qu’elle paraissait, tant ils en avaient horreur. C’était un usage universel en Amérique.[1] Les hommes difformes étaient extrêmement rares parmi eux. Ils avaient la vue, l’ouïe, l’odorat et tous les sens d’une sensibilité exquise.

La même ressemblance existait dans leurs vêtemens, avec la différence que pouvait apporter celle des climats. L’été, ils allaient presque nus. L’hiver, ils ceignaient une peau d’élan ou d’autre bête sauvage, autour de leurs reins ; et une autre tombait de leurs épaules. Les griffes d’un ours formaient des agraffes dignes d’un chef de guerre à ces manteaux peints de diverses couleurs, et sur lesquels ils représentaient souvent l’histoire de leurs exploits. Des espèces de boyaux ou guêtres de peaux repassées, et ornées d’une broderie en poils de porc-épic, couvraient leurs jambes, tandis qu’une belle chaussure de peau de chevreuil, garan-

  1. Cela a été mis en doute ; mais outre le témoignage des meilleurs voyageurs, j’ai l’assurance positive de M. Stanislas Vassal, que j’ai déjà nommé ailleurs.