Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
234
HISTOIRE

de pouvoir, à l’instar des guerriers les plus renommés de la tribu, célébrer ses exploits dans les fêtes publiques.

Dans les intervalles des expéditions de guerre ou de chasse, les Sauvages s’élevaient des huttes ou se confectionnaient des armes, se creusaient des pirogues ou se modelaient des canots d’écorce de bouleau. Ils aidaient aussi quelquefois aux femmes à cultiver les champs ; mais cela était rare, parceque le travail était déshonorant pour un guerrier.

Les Sauvages aimaient beaucoup à entendre raconter. Rangés en cercle autour de leur feu, ou accroupis au pied d’un arbre qui les couvrait de son ombrage, ils prêtaient une oreille attentive à des histoires d’autrefois, dans lesquelles le narrateur, inspiré par l’intérêt de son sujet et l’amour du merveilleux, mêlait les peintures poétiques, les prodiges, les événemens extraordinaires, enfin tout ce qui pouvait faire une vive impression sur l’esprit superstitieux de son auditoire. Souvent des cris de surprise, d’enthousiasme ou d’admiration, venaient l’interrompre. C’est ainsi que, dans la forêt, l’on oubliait les longues journées qui ne se passaient pas à la chasse ou à la guerre.

Le don de l’éloquence est d’un immense avantage chez un peuple ignorant ou barbare, où la parole est le seule véhicule pour la com-