Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
DISCOURS

dans sa plus grande étendue. On voit donc que tes frayeurs dont l’on vient de parler, sont plus chimériques que réelles.

En effet, ce qui caractérise la race française, par-dessus toutes les autres, c’est « cette force secrète de cohésion et de résistance, qui maintient l’unité nationale à travers les plus cruelles vicissitudes et la relève triomphante de tous les obstacles. » La vieille étourderie gauloise, dit un auteur[1], a survécu aux immuables théocraties de l’Egypte et de l’Asie, aux savantes combinaisons politiques des Hellènes, à la sagesse et à la discipline conquérante des Romains. Doué d’un génie moins flexible, moins confiant et plus calculateur, ce peuple antique et toujours jeune quand retentit l’appel d’une noble pensée ou d’un grand homme, ce peuple eût disparu comme tant d’autres plus sages en apparence, et qui ont cessé d’être parce qu’ils ne comprenaient qu’un rôle, qu’un intérêt ou qu’une idée.

Rien ne prouve que les Français établis en Amérique aient perdu, au contraire, tout démontre qu’ils ont conservé, ce trait caractéristique de leurs pères, cette puissance énergique et insaisissable qui réside en eux-mêmes,

  1. M. Maillefer : De la puissance des institutions de l’Union Américaine