Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
364
HISTOIRE

plus industrieux, plus riche, plus populeux, et il aurait pu en conséquence opposer une résistance non pas plus longue, car la guerre dura six ans et avec acharnement, mais plus efficace et plus heureuse, à ses ennemis.

Le gouvernement ecclésiastique a conservé jusqu’après la conquête à peu près la forme qui lui avait été donnée lors de l’érection de l’évêché de Québec, Quoique relevant immédiatement du St.-Siége, les prélats canadiens furent toujours pris dans le clergé de France, de même que les curés. La politique de la métropole de ne choisir que des sujets nés dans son sein pour remplir les emplois publics de ses possessions d’outre-mer, afin d’être plus sûre de leur fidélité, s’étendait jusqu’au sanctuaire, comme on l’a observé ailleurs ; de sorte qu’il y eût peu de prêtres canadiens sous l’ancien régime, et que le sacerdoce servait ici les vues exclusives et soupçonneuses de la politique.

Après cela il n’est pas étrange que ce clergé, ainsi composé, ait introduit à sa suite en Amérique les idées, les prétentions et l’esprit inquiet et turbulent de celui de France, constitué en pouvoir politique et par conséquent accoutumé à se mêler activement des affaires de l’État. Chacun sait que par suite de cette position, ce clergé, d’ailleurs si illustre, a pris part à toutes les grandes révolutions qui ont agité cet