Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
398
HISTOIRE

gentilshommes, obtinrent des seigneuries en concession, dans lesquelles leurs soldats se fixèrent. Ces vieux guerriers de Turenne qui avaient couru les chances et les périls de la guerre ensemble, voulurent partager aussi le même sort dans une nouvelle carrière et dans une nouvelle patrie. Un sentiment d’attachement réciproque continua de subsister entre eux, devenus, les uns seigneurs, les autres censitaires. L’estime contractée sur les champs de bataille s’éteint difficilement. En effet, elle leur survécut et passa à leurs enfans. Ce n’est que de nos jours que cette harmonie a été troublée, depuis qu’on permet à certains spéculateurs étrangers et autres d’élever les rentes de leurs concessions au-dessus des taux usités et d’ajouter de nouvelles charges aux anciennes.

Le régiment de Carignan faisait partie des 4000 hommes de pied envoyés par la France au secours de Léopold, contre les Turcs en 1664, et commandés par les comtes de Coligni et de la Feuillade. À la journée décisive de St.-Gothard, où Montécuculi défit complètement le grand visir Ahmed Kouprouli, les Français repoussèrent les Turcs des bords du Raab, et soutinrent le centre des Allemands, prêt à être enfoncé. De la gauche qu’ils occupaient, ils se portèrent sur ce point, et tombant avec furie sur les janissaires, ils leur arra-