Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/445

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
447
DU CANADA.

part de leurs conducteurs la même trahison dont ceux-ci s’étaient rendus coupables envers leur patrie pour les mettre en possession de cette contrée.

Au sud du St.-Laurent, le P. Druillettes est le premier Européen qui se soit rendu de ce fleuve à l’Atlantique en remontant la rivière Chaudière et en descendant celle de Kénébec qui se jette dans la mer dans l’État du Maine (1646). Il fut l’apôtre des Abénaquis dont il mérita l’estime et la vénération ; et il rendit de grands services à la colonie en cimentant l’amitié qui unit ensuite les Français à cette nation intrépide que les Iroquois même n’osèrent jamais attaquer.

Cependant les traitans et les missionnaires s’enfonçant toujours plus avant dans l’intérieur de l’Amérique en remontant le cours du fleuve St.-Laurent, étaient parvenus jusqu’à l’extrémité supérieure du lac Huron. Les PP. Brébœuf, Daniel, Lallemant, Jogues, Raimbault et plusieurs autres membres de leur ordre, avaient fondé les villages chrétiens, entre autres, de St.-Joseph, St.-Michel, St.-Ignace, et de Ste.-Marie. Ce dernier placé sur la décharge du lac Huron dans le lac Erié, fut longtemps le point central des missions de cette partie reculée du pays. Plus tard, en 1671, les débris des Hurons, fatigués d’errer de