Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
448
HISTOIRE

contrées en contrées, se fixèrent à Machilimackinac au pied du lac Supérieur, sous la conduite du P. Marquette[1]. C’est le premier établissement fondé par un Européen dans l’État du Michigan. Les Indiens qu’on trouva domiciliés dans le voisinage, reçurent des Français le nom de « Sauteurs » à cause de leur proximité du Sault-Ste.-Marie ; ils étaient de la famille algonquine.

Dans l’espace de treize ans, (de 1634 à 1647) ces vastes pays furent visités par dix-huit missionnaires Jésuites outre plusieurs Français attachés à leur ministère, qui entraînés par leur zèle, se répandirent parmi toutes les tribus huronnes dont Charlevoix exagère beaucoup la population en la portant à quarante ou cinquante mille âmes. L’hostilité des Iroquois, rendant la navigation du lac Ontario dangereuse, obligeait pour atteindre ces contrées de passer par la rivière des Outaouais ; de sorte que la nation Neutre visitée par Champlain, et le sud du lac Erié au-delà de Buffalo, étaient restés presqu’inconnus ; on résolut vers 1640 d’y envoyer les PP. Chaumonot et Brébœuf, et leur voyage compléta la reconnaissance de

  1. Le nom de cette localité vient d’une île petite, mais fameuse autrefois dans ces contrées, et d’une si grande hauteur qu’on l’aperçoit à une distance de 12 lieues ; elle se trouve au point de jonction des lacs Huron, Michigan et Supérieur.