Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/546

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Roberval part pour l’Amérique après la guerre, et périt avec tous ceux qui l’accompagnent. — M. Villegagnon tente de fonder une colonie dans le Brésil ; la désunion des colons cause leur ruine. — Fondation de la Caroline dans la Floride. — Massacre des Français de cette colonie par les Espagnols, en pleine paix ; Catherine de Médicis, régente, néglige d’en demander satisfaction. — De Gourgues les venge. — Pendant longtemps on ne pense plus en France aux colonies. — Observations à cet égard. — Les troubles du royaume entravent la colonisation. — Progrès des pêcheries et du commerce des pelleteries. — Le marquis de la Roche veut fonder un établissement en Acadie ; il échoue. — 40 colons abandonnés dans l’île de Sable, périssent, excepté 12 que le roi envoie chercher au bout de cinq ans. — De la Roche, ruiné par son entreprise, meurt de chagrin. — Obstacles qu’éprouvait alors la colonisation.

LIVRE PREMIER.

ÉTABLISSEMENT PERMANENT DE LA NOUVELLE-FRANCE.


Observations sur la civilisation de l’Europe à cette époque. — Importance des colonies pour la France. — M. Chauvin, à la suggestion de Pontgravé, se fait nommer lieutenant-général du Canada et de l’Acadie, et obtient le privilège exclusif d’y faire le commerce des pelleteries. — Il meurt. — Le commandeur de Chaste lui succède ; il forme une société de commerce pour faciliter la colonisation. — Pontgravé et Champlain font un voyage en Canada. Le Commandeur étant mort, M. de Monts, calviniste, est nommé lieutenant-général de cette contrée où l’on permet aux protestans de s’établir. — Expédition de M. de Monts en Acadie, province découverte par les Français. — De Monts et Champlain découvrent la baie de Fundy, et les rivières St.-Jean, Penobscot et Kénébec. Les colons débarquent à l’île Ste-Croix. — Champlain explore les côtes jusqu’à 20 lieues au sud du cap Cod. — De Monts, ou plutôt le baron de Poutrincourt fonde Port-Royal : il retourne en France. — Port-Royal concédé au baron de Poutrincourt. — Lescarbot. — Progrès de Port-Royal — Retrait du privilège accordé à de Monts — Dissolution de la société des pelleteries — Abandon temporaire de Port-Royal. — Poutrincourt y retourne en 1610. — Il refuse d’y mener des Jésuites. — Assassinat de Henri IV. — La marquise de Guercheville achète les droits des associés de de Monts pour envoyer des Jésuites en Acadie. — Difficultés entre les colons et les