Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
129
DU CANADA.

traversée difficile au milieu des glaces et le long d’une côte très basse, où les battures courent deux ou trois lieues au large, on le découvrit enfin. Placé au milieu d’un terrain marécageux, il était défendu par quatre bastions, sur lesquels il n’y avait pas moins de quarante-trois pièces de canon en batterie. C’était là où se trouvait le principal comptoir des Anglais. Ils firent néanmoins une assez faible résistance, et demandèrent ensuite à capituler. Le gouverneur, homme simple et paisible, fut transporté avec sa suite à Charleston, et le reste de la garnison au fort de Monsonis. On trouva pour environ 50 mille écus de pelleteries à Ste.-Anne. Les Anglais ne possédaient plus rien dans la baie d’Hudson que le fort Bourbon.

Lorsque la nouvelle de ces pertes arriva à Londres, le peuple de cette capitale jeta de hauts cris contre le roi, auquel il attribuait tous les malheurs qui arrivaient à la nation. Le monarque qui a perdu la confiance de ses sujets est vraiment bien à plaindre. Jacques II, déjà si impopulaire, le devint encore plus par un événement que personne n’avait pu prévoir ; et l’expédition d’une poignée de Canadiens vers le pôle du Nord ébranlait sur son trône un roi de la Grande-Bretagne !

Cependant les deux gouvernemens sentirent