Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
130
HISTOIRE

enfin la nécessité de faire cesser un état de choses qui violait toutes les lois établies pour régler les rapports de nation à nation et sans lesquelles il n’y a pas de paix possible. En effet, il n’y avait pas de guerre déclarée entre les deux peuples pendant toutes ces hostilités. Ils signèrent un traité par lequel les armateurs particuliers, sujets des deux nations, qui n’auraient point de commission de leur prince, devaient être poursuivis comme pirates. Ce traité qui ne s’étendait qu’aux îles et pays de terre ferme en Amérique, et qui avait été proposé par l’Angleterre, fut conclu le 13 septembre 1686. Mais Jacques II n’était guère en état, à cette époque, de faire observer par des sujets désaffectionnés, sa volonté dans les mers du Nouveau-Monde. Dès l’année suivante, ils vinrent attaquer le fort Ste.-Anne, où commandait M. d’Iberville, qui non seulement les repoussa, mais prit encore un de leurs vaisseaux.

Lorsque la guerre éclata entre les deux couronnes (1689), l’Angleterre ne possédait dans la baie d’Hudson que le fort Bourbon, comme on l’a dit plus haut, à l’entrée de la rivière Ste.-Thérèse. Mais elle reprit en 1693 le fort Ste.-Anne, gardé seulement par cinq Canadiens, qui osèrent se défendre et repous-