Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
131
DU CANADA.

sèrent une première attaque de 40 hommes[1]. L’année suivante (1694) M. d’Iberville s’en empara de nouveau, il lui rendit son ancien nom, que ses nouveaux possesseurs avaient changé pour celui de Nelson, et il y passa l’hiver qui fut d’une rigueur extrême. Les glaces ne permirent aux navires de sortir du port qu’à la fin de juillet. Une vingtaine d’hommes étaient morts du scorbut, et un grand nombre d’autres en avaient été atteints. Les Anglais étant revenus en force, deux ans après (1694), l’établissement fut repris pour retomber encore au pouvoir des Français comme on va le voir. Tel est en peu de traits le tableau des événemens qui s’étaient passés entre les deux nations dans cette région lointaine jusqu’au moment où M. d’Iberville fut chargé d’en compléter la conquête en 1697.

Ce navigateur prit le commandement de l’escadre que lui avait amenée M. de Serigny, et fit voile de Terreneuve dans le mois de juillet. Il trouva l’entrée de la baie d’Hudson couverte de glaces, au milieu desquelles ses vaisseaux, séparés les uns des autres, et entraînés de divers côtés, coururent les plus grands

  1. Lettre du P. Marest.