Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
137
DU CANADA.

seaux, il fut résolu de donner l’assaut au fort sans délai ; car « périr pour périr, disait M. de la Potherie, il vaut mieux sacrifier sa vie en soldat que de languir dans un bois où il y a déjà deux pieds de neige ». Mais sur ces entrefaites arriva heureusement le reste de l’escadre française ; alors pour ménager son monde, M. d’Iberville se voyant des provisions en quantité suffisante, abandonna sa première détermination, et attaqua la place en forme. Après qu’on l’eût bombardée quelque temps, elle se rendit à condition que la garnison serait transportée en Angleterre. M. de Martigny y fut laissé pour commandant. Ainsi le dernier poste que les Anglais avaient dans la baie d’Hudson tomba en notre pouvoir et la France resta seule maîtresse de cette région.

Tandis que M. d’Iberville achevait cette conquête, elle reprenait tout à coup le projet si souvent abandonné de s’emparer de la Nouvelle-Angleterre et de la Nouvelle-York. M. de Frontenac pressait cette entreprise, surtout l’attaque de la dernière province, parce qu’elle devait entraîner avec elle la sujétion des Iroquois. Peut-être prévoyait-il aussi, dans sa perspicacité, ce que New-York devait devenir un jour par sa position. Mais Boston était alors la première ville de l’Amérique du nord ; il était comparativement voisin de l’Acadie,