Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
409
DU CANADA.

des Indes à cette première, qui s’était élevée et qui s’écroula avec la fortune et le système de Law. Elle le conserva pour la Louisiane et le pays des Illinois, jusqu’à la fin de 1731. À cette époque ces deux contrées rentrèrent sous le régime royal, et y demeurèrent jusqu’à la fin de la domination française.


Ce privilége n’avait pas toujours embrassé cependant les découvertes qu’on avait faites d’abord sur les lacs et ensuite dans la vallée du Mississipi, car on a pu voir que la Salle, par exemple, en avait obtenu la concession en 1675 avec le fort de Frontenac. Plus tard néanmoins toute la Nouvelle-France et toute la Louisiane furent soumises au même monopole jusqu’après la construction du fort anglais Oswégo. Alors la Nouvelle-York faisant une rude concurrence aux comptoirs de Frontenac, Toronto et Niagara, l’on craignit les suites des liaisons que la traite établirait entre les Sauvages et les Anglais. Le roi, pour y parer, prit ces postes entre ses mains, et réussit à retenir la plus grande partie du commerce du lac Ontario en payant les pelleteries plus cher ; mais ce système avait tous les vices d’un trafic conduit par un gouvernement. Privé de l’œil immédiat du maître et abandonné à des militaires, il entraîna des dépenses immenses et