Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
85
DU CANADA.

aux conditions offertes par le chevalier Phipps, a-t-il pu croire que si j’étais disposé à les accepter, tant de braves gens y voulussent consentir, et me conseillassent de me lier à la parole d’un homme qui a violé la capitulation qu’il avait faite avec le gouverneur de l’Acadie. » Ces derniers mots qui, comme on l’a vu, étaient vrais, avaient quelque chose de dur pour l’amiral. Le hérault demanda sa réponse par écrit : « Allez, lui dit-il, je vais répondre à votre maître par la bouche de mes canons ; qu’il apprenne que ce n’est pas de la sorte qu’on fait sommer un homme comme moi. »

Les batteries de la basse-ville commencèrent le feu bientôt après et abattirent des premiers coups le pavillon du vaisseau de Phipps, que des Canadiens allèrent enlever à la nage et malgré un feu très vif dirigé sur eux de la flotte. Ce drapeau est resté suspendu à la voûte de la cathédrale de Québec jusqu’à l’incendie de cet édifice en 1759.

L’ennemi fut deux jours sans rien entreprendre, quoique son plan d’attaque eût été arrêté dès le matin de son arrivée. D’après ce plan les troupes devaient débarquer au nord de la rivière St.-Charles, et les chaloupes entrer dans cette rivière pour les traverser au sud, c’est à dire du côté de la ville, où elles leur por-