Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


profiter de ces rumeurs et les répandaient dans le public par la voie de leurs journaux avec la plus grande activité.

Le chef du gouvernement canadien, M. Dunn, jugea à propos pour les détromper, de faire une grande démonstration militaire. Dans l’été de 1807, il ordonna à un cinquième de la milice de se tenir prêt à marcher au premier ordre ; l’évêque, M. Plessis, adressa un mandement à tous les catholiques pour exciter leur zèle. Le tirage au sort de ce contingent et son organisation se firent avec une émulation et une promptitude qui donnaient un démenti éclatant à toutes les insinuations répandues pour rendre les Canadiens suspects.

Les fortifications de Québec furent aussi augmentées et mises en état de guerre par les soins du colonel Brock, qui commandait la garnison. Mais la guerre ne devait pas encore éclater de sitôt. Les États-Unis n’étaient pas en mesure d’entrer en lice avec une puissance maîtresse des mers et d’une armée de terre disponible supérieure par le nombre et par la discipline à celle de la république. La diplomatie s’empara des sujets de difficulté élevés entre les deux gouvernemens.

C’est alors qu’arriva le nouveau gouverneur, sir James Graig, officier militaire de quelque réputation, mais administrateur fantastique et borné, qui déploya un grand étalage militaire et parla au peuple comme il aurait parlé à des recrues soumises au martinet. Dans son ordre général du 24 novembre, tout en exprimant sa satisfaction de l’état dans lequel il trouvait la milice, des sentimens d’attachement qu’elle montrait pour le trône, de son zèle pour la défense du pays, il observait qu’il avait vu avec beaucoup d’inquiétude les actes de grave insubordination de la paroisse de l’Assomption ; qu’il espérait que les lois seraient obéies, que les habitans courraient aux armes avec ardeur pour la défense de leurs biens, de leurs familles, de leur patrie ; qu’il exhortait tout le monde à être en garde contre les artifices de la trahison et les discours d’émissaires répandus partout pour les séduire ; que quoiqu’ils eussent sans doute peu de poids parmi un peuple heureux, qui éprouvait à chaque instant la protection et les bienfaits du gouvernement, il recommandait, pour prévenir d’une manière plus efficace les mauvais effets qui pourraient accompagner leurs efforts, surtout parmi les jeunes gens et les